Monday, June 17th, 2024

Participation marocaine au Salon international saoudien de la franchise à Riyad

Le Maroc prend part au Salon international saoudien de la franchise à Riyad, qui a débuté dimanche. Cet événement majeur, considéré comme le plus grand du genre en Arabie saoudite et dans les pays du Golfe, réunit diverses nations, dont le Maroc. La Fédération marocaine de la franchise (FMF) représente le Royaume lors de cette exposition, occupant un pavillon significatif. Ce salon est devenu une plateforme commerciale essentielle pour les franchises cherchant à se développer localement, régionalement et internationalement.

Le pavillon marocain comprend des stands présentant une dizaine de marques nationales opérant dans divers secteurs économiques, tels que l’habillement et l’alimentation. Lors de la cérémonie d’ouverture, l’ambassadeur du Maroc à Riyad, Mustapha Mansouri, a visité le pavillon marocain, marquant ainsi la participation du Royaume à cet événement.

Le salon, qui se poursuivra jusqu’au 31 janvier, offre aux entrepreneurs et investisseurs marocains l’opportunité de développer des collaborations avec d’autres exposants. Ils participeront également à divers programmes de l’exposition, comprenant des séminaires, des ateliers et des rencontres de conseil visant à soutenir les investisseurs dans le domaine des franchises commerciales.

La Fédération marocaine de la franchise, fondée en 2006 et membre de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) depuis 2019, regroupe les plus grandes enseignes mondiales. Avec plus d’une centaine de grands groupes opérant dans les secteurs de la vente au détail, de la restauration et des services, elle joue un rôle essentiel dans la promotion de la franchise au Maroc.

La franchise commerciale est devenue l’un des secteurs non pétroliers affichant la croissance la plus rapide en Arabie saoudite, avec un taux de croissance annuelle d’environ 27 %. La valeur marchande de la franchise commerciale au Moyen-Orient et en Afrique est estimée à 30 milliards de dollars, dont près de la moitié revient à l’Arabie saoudite.