Sunday, March 3rd, 2024

L’écologie comme remède à la crise agricole : des propositions concrètes pour un avenir durable

En plein cœur de la crise agricole, où les débats entre défenseurs du modèle productiviste et écologistes font rage, la question cruciale du revenu des agriculteurs se pose. La Confédération paysanne, dans un communiqué, appelle à une rémunération plus juste pour les paysans, soulignant que les problèmes profonds du métier ne seront pas résolus en sacrifiant l’environnement. Elle propose des actions concrètes, telles qu’un moratoire sur les accords de libre-échange, l’arrêt des négociations avec la Nouvelle-Zélande et le Mercosur pour éviter une concurrence déloyale, ainsi que l’établissement de prix planchers et l’interdiction des prix agricoles en dessous des coûts de production.

La Confédération paysanne demande également le respect total de la loi Egalim sur le partage de la valeur ajoutée au sein de la filière. Mathieu Courgeau, éleveur laitier et coprésident du collectif Nourrir, déplore le manque d’implication de l’État, soulignant que celui-ci devrait jouer un rôle d’arbitre mais se contente de laisser faire. Un rapport de la Fondation pour la nature et l’Homme révèle une dégradation de la répartition de la valeur dans la filière laitière au cours des années, avec une diminution de la part de l’éleveur dans le prix du lait et une augmentation significative de celles des industries agroalimentaires et de la grande distribution.

La nécessité d’une transition agroécologique immédiate pour préserver la biodiversité est également soulignée. L’écologie apparaît ainsi comme une solution pour sauver l’agriculture en garantissant un revenu décent aux agriculteurs, en assurant un accès universel à une alimentation de qualité, et en promouvant une transition agroécologique. La balle est maintenant dans le camp des décideurs pour voir si ces propositions écologistes seront prises en compte et mises en œuvre pour répondre à la crise agricole actuelle.