Wednesday, February 1st, 2023
Eco

Eskom met en garde contre une crise électrique prolongée en Afrique du Sud

Eskom, la compagnie d’électricité publique sud-africaine, a prévenu aujourd’hui que l’Afrique du Sud devait se préparer à une crise prolongée de pénurie d’électricité.

“Les perspectives pour l’année prochaine sont très restreintes”, a déclaré André de Ruyter, PDG d’Eskom, lors d’une conférence de presse.

Le dirigeant sud-africain, qui a quitté ses fonctions au milieu du mois, restant en poste jusqu’en mars, a désigné le “manque de soutien politique” et la “corruption” comme les principaux obstacles au redressement d’Eskom.

Le gouvernement sud-africain du président Cyril Ramaphosa, réélu à la tête du Congrès national africain (ANC, le parti au pouvoir), a déployé la semaine dernière plusieurs contingents militaires dans au moins quatre centrales électriques.

“Le pays risque de devenir ingouvernable si nous ne luttons pas contre la fraude, la corruption, le sabotage”, a souligné André Ruyter, ajoutant que “plusieurs centrales électriques sont aux mains d’organisations criminelles”, sans donner de détails.

En présentant les performances de l’entreprise publique pour l’exercice clos en mars 2022, le directeur sortant d’Eskom a annoncé que la dette et les emprunts de la compagnie d’électricité sud-africaine s’élevaient à plus de 396 milliards de rands (21,4 milliards d’euros).

Au cours de la période considérée, la société d’État a enregistré une perte nette de 12,3 milliards de rands (665,9 millions d’euros), a-t-il déclaré.

De son côté, le directeur de l’exploitation de l’entreprise publique, Jan Oberholzer, a déclaré que les trois premiers mois de 2023 seraient “difficiles” et “très compliqués”.

La compagnie d’électricité publique a estimé que l’Afrique du Sud avait un besoin “urgent” de 4 000 à 6 000 MW (mégawatts) de capacité supplémentaire pour le réseau, la demande totale d’électricité s’élevant actuellement à environ 25 000 MW, selon les chiffres officiels.

La compagnie d’électricité a promis de mettre en œuvre le jour de Noël un répit dans les pannes prolongées et sans précédent auxquelles le pays est confronté depuis des mois.

“Toutefois, nous allons évaluer et surveiller le système jusqu’à dimanche matin, puis tôt dimanche matin, [nous prendrons] une décision”, a souligné Jan Oberholzer.

Actuellement, les Sud-Africains sont confrontés à au moins quatre coupures de courant par jour, allant de deux à quatre heures par panne, ce qui signifie au moins plus de 16 heures par jour sans électricité.