Tuesday, June 18th, 2024

Analyse des 35 mesures gouvernementales pour soutenir l’avenir de l’agriculture en France

Le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau, a dévoilé les contours du “pacte d’orientation pour le renouvellement des générations en agriculture”, mettant en lumière une série de 35 mesures. Bien que ces propositions soient nombreuses, leur implémentation demeure encore assez floue.

En décembre 2022, le gouvernement avait initié une consultation nationale pour la conception de son projet de “pacte et de loi d’orientation et d’avenir agricoles”. Cette consultation, menée au printemps 2023, se présentait sous la forme d’un questionnaire ouvert en ligne accessible à tous, ainsi que d’un autre spécialement destiné aux jeunes des établissements d’enseignement agricole. Plus de 44 000 personnes ont participé au premier, tandis que 2500 jeunes ont répondu au second.

Un an après, le vendredi 15 décembre, Marc Fesneau a dévoilé, depuis le lycée agricole d’Yvetot en Normandie, les mesures phares retenues pour le pacte. Ce texte sera débattu par les parlementaires au premier trimestre de 2024.

Parmi les propositions de cette nouvelle feuille de route, une trentaine de mesures visant à relever quatre défis majeurs pour l’agriculture française : réconcilier l’agriculture avec la société, promouvoir une nouvelle génération d’agriculteurs, repenser les systèmes de production des exploitations et les systèmes de production à l’échelle des filières. “C’est une intention intéressante ! Nous attendons des mesures concrètes pour la compétitivité de nos métiers”, a commenté Luc Smessaert de la FNSEA, principal syndicat agricole français.

Au cœur de ces préoccupations et de ces nouvelles orientations, le défi démographique qui se profile pour le secteur : d’ici 2030, la moitié des agriculteurs seront en âge de prendre leur retraite. En 2021, la France comptait 500 000 exploitants et coexploitants agricoles, représentant 1,5 % de la population active (contre 7 % dans les années 1980). La diminution est également flagrante du côté des exploitations : moins de 400 000 en 2021, contre 1,5 million en 1970. Pour contrer ce déclin, le gouvernement vise l’installation de 150 000 nouveaux agriculteurs au cours de la prochaine décennie.

Le pacte vise à rendre la filière plus attractive pour les jeunes et à les encourager à s’y engager : une campagne de communication prochaine mettra en valeur les “métiers du vivant”, des stages seront organisés dès l’école élémentaire jusqu’au lycée pour sensibiliser les élèves à ces professions ; par ailleurs, un “bachelor agro” (niveau bac +3) devrait voir le jour en 2025.