Friday, April 12th, 2024

Réglementations des cryptomonnaies au Maroc en 2024

Le Maroc montre un intérêt significatif pour les cryptomonnaies, se classant 13e sur la liste de l’adoption des cryptos. En 2022, 4,9 % de la population totale possédait une forme de cryptomonnaie au Maroc. En juin 2022, la Banque Centrale du Maroc, Bank Al-Maghrib (BAM), a annoncé qu’elle travaillait sur un projet de loi pour réglementer les cryptos. Le projet a été publié en janvier 2023, citant de nouvelles exigences réglementaires pour le trading de crypto au Maroc. Le pays a connu une montée d’intérêt pour les cryptos parmi les premiers adoptants et les individus à l’aise avec la technologie.

Dans ce rapport de Coinpedia, nous avons couvert les réglementations des cryptomonnaies au Maroc en 2024!

Adoption des cryptos au Maroc
Malgré les réglementations, le Maroc se classe parmi les 20 premiers pays au niveau mondial dans l’index d’adoption des cryptos. Le Maroc est le deuxième pays avec le taux d’adoption le plus élevé en Afrique dans le rapport de fin d’année 2023.

L’index d’adoption des cryptos au Maroc démontre un intérêt significatif pour les cryptos, se classant 13e sur la liste.
En 2022, 4,9 % de la population totale possédait une forme de crypto, ce qui suggère une utilisation répandue malgré les restrictions légales.
Bien que les échanges officiels soient absents, les plateformes de trading de pair à pair prospèrent. Le volume de transactions crypto ici a augmenté de 120 % en 2022, selon Chainalysis. En 2023, le Maroc a eu la valeur de transaction crypto la plus élevée en Afrique du Nord.
Le Maroc compte un nombre croissant de startups fintech axées sur les solutions liées à la blockchain et aux cryptos.
Le Bitcoin est-il légal au Maroc?
Malgré l’interdiction du gouvernement marocain de posséder et de trader des cryptos, l’adoption des actifs numériques gagne du terrain! L’interdiction des cryptos est essentiellement due à l’absence de restrictions sur les transactions sur la blockchain par les frontières géographiques.

L’Office des Changes Marocain, par son communiqué de presse officiel, a spécifiquement mentionné que les transactions effectuées via des monnaies virtuelles étaient soumises à une intervention directe des réglementations d’échange existantes.
En déclarant les transactions en cryptos comme une violation des réglementations d’échange, l’Office des Changes Marocain a établi un précédent qui associe les monnaies virtuelles à des répercussions légales potentielles, y compris de lourdes amendes et pénalités.
Le communiqué de presse de 2023 a également souligné l’implication de Bank Al-Maghrib et du Groupement Professionnel des Banques du Maroc dans la surveillance étroite de l’évolution des monnaies virtuelles dans le pays.
L’Office des Changes Marocain a insisté sur la nécessité d’effectuer des transactions financières avec des entités étrangères via des intermédiaires approuvés et conformément aux devises étrangères répertoriées par Bank Al-Maghrib.
Réglementations des cryptos au Maroc en 2024
En novembre 2017, l’Office des Changes Marocain, en synchronisation avec la BAM et le Groupement Professionnel des Banques du Maroc, a publié une déclaration indiquant que les transactions effectuées via des monnaies virtuelles seraient traitées comme des violations des réglementations d’échange, les soumettant à des amendes.
Le Maroc a été le premier pays d’Afrique du Nord à interdire les cryptos en 2017. En 2022, le gouvernement a montré des efforts importants pour créer un système réglementaire pour les affaires de cryptos dans le pays.