Monday, June 17th, 2024

Une GrubMarket pour le Maroc, lève 7 millions de dollars pour connecter les agriculteurs aux détaillants alimentaires

La chaîne d’approvisionnement en produits frais en Afrique et dans les marchés émergents est confrontée quotidiennement à une série de défis en cascade. Ceux-ci incluent des problèmes environnementaux et de main-d’œuvre, des pertes alimentaires dues à une mauvaise synchronisation de l’offre et de la demande, ainsi que des difficultés logistiques. Ces divers problèmes affectent différemment les parties prenantes : les agriculteurs peinent à vendre leurs produits, tandis que les détaillants luttent pour négocier efficacement.

Plusieurs startups agrotech ont tenté de résoudre ces problèmes en prenant le contrôle de la chaîne d’approvisionnement en produits frais, en contournant les intermédiaires et en connectant directement les détaillants et les agriculteurs. Frubana en Amérique latine, Meicai en Chine et Waycool en Inde en sont quelques exemples. YoLa Fresh est une telle startup qui connecte directement les petits agriculteurs aux détaillants traditionnels de fruits et légumes, en commençant par le Maroc.

Les co-fondateurs et co-CEO Youssef Mamou et Larbi Alaoui Belrhiti ont déclaré à TechCrunch qu’ils se sont inspirés de startups similaires et ont sollicité des conseils auprès de leurs fondateurs pour lancer YoLa Fresh début 2023. Aujourd’hui, cette startup agrotech basée à Casablanca travaille avec plus de 1 000 détaillants à travers le pays d’Afrique du Nord et enregistre jusqu’à 1 million de dollars de volume brut de marchandises (GMV) mensuel. Cette croissance, réalisée en moins d’un an après son lancement, a permis à l’agrotech de lever 7 millions de dollars en financement de pré-série A.

Cet investissement est significatif pour toute startup africaine à ce stade, encore plus pour une startup marocaine, un pays qui a enregistré 93 millions de dollars en valeur totale des transactions de capital-risque l’année dernière, selon un rapport de Partech. Le Maroc, foyer d’une scène technologique émergente, a connu quelques tours de financement de taille au cours des dernières années : on peut citer Chari, une plateforme de commerce électronique B2B soutenue par YC, et Freterium, un fournisseur de logiciels de gestion des transports. Comme ces autres entreprises, l’attrait de YoLa Fresh pour les investisseurs va au-delà de la résolution d’un problème répandu dans les marchés émergents pour inclure les parcours impressionnants de ses fondateurs.

Des fondateurs expérimentés dans la région
Avant de lancer YoLa Fresh, Alaoui et Mamou avaient déjà établi des carrières impressionnantes dans la scène technologique du pays. Alaoui a fondé et vendu le site de petites annonces en ligne Avito avant de devenir CEO de Jumia Maroc ; Mamou était directeur général de Careem d’Uber et a dirigé 212Founders, un incubateur et un fonds de capital-risque en phase de démarrage au Maroc.

« Je viens d’une famille agricole. Il était donc tout à fait logique pour moi de construire quelque chose d’impactant qui pourrait être internationalisé, exporté et lancé dans différents pays », a expliqué Mamou, en racontant pourquoi il a rejoint Alaoui pour créer YoLa Fresh après que l’ancien dirigeant de Jumia l’ait approché avec l’idée fin 2022.

Alaoui avait initialement prévu de lancer une petite entreprise agricole en parallèle, mais il a rapidement reconnu les défis importants au sein de la chaîne d’approvisionnement agricole fragmentée du Maroc, une réalisation qui l’a conduit à aborder ce problème plutôt que de poursuivre son plan initial. En collaboration avec Mamou, le duo a mené des recherches approfondies sur les startups ayant relevé des défis similaires dans des pays comme l’Inde, le Brésil et la Malaisie. Après avoir étudié leurs modèles et conversé avec d’autres fondateurs, il est devenu évident qu’ils pouvaient utiliser la technologie pour numériser la chaîne d’approvisionnement en produits frais du Maroc.

« Lorsque nous avons examiné le marché marocain, nous l’avons trouvé similaire en complexité à d’autres marchés émergents », a déclaré Alaoui. « Les petits agriculteurs représentent environ 80 % de l’agriculture et le commerce traditionnel représente environ 90 à 95 % de la distribution. Très peu de gens achètent leurs produits frais dans les supermarchés. La chaîne d’approvisionnement ici est également très fragmentée, avec de nombreux intermédiaires, ce que nous visons à résoudre. »

Malgré sa taille relativement petite dans la région, le Maroc dispose d’un secteur agricole robuste, contribuant de manière significative à son PIB avec 15 %. De plus, la nation présente une base de consommation locale profondément enracinée, avec des estimations suggérant que entre 5 et 6 milliards de dollars sont dépensés annuellement dans le seul secteur du commerce traditionnel. C’est un marché adressable qui reflète d’autres pays africains où les petits agriculteurs et les détaillants traditionnels sont confrontés à des problèmes similaires avec de multiples intermédiaires impliqués dans la chaîne d’approvisionnement, généralement de deux à sept étapes.

Résoudre les problèmes de la chaîne d’approvisionnement entre les agriculteurs et les détaillants
Bien que YoLa Fresh envisage de s’étendre sur d’autres marchés, le Maroc reste la priorité. En connectant les agriculteurs aux détaillants et aux entreprises de services alimentaires, YoLa Fresh, qui suit les produits de la ferme au détail, espère éliminer les intermédiaires dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire. Cela permettrait aux détaillants de payer moins cher pour les produits et garantirait aux agriculteurs de recevoir plus de bénéfices rapidement, synchronisant ainsi l’offre et la demande de manière à minimiser le gaspillage. De plus, YoLa Fresh utilise les données des deux parties prenantes pour leur offrir une visibilité sur les récoltes et un accès au financement.