Thursday, August 18th, 2022

L’usage des drones pour l’observation et la surveillance des cultures agricoles

Le conflit russo-ukrainien inquiète l’agriculture française, l’Ukraine et la Russie étant les deux pays considérés comme le grenier à blé de l’Europe puisqu’ils exportent plus de 20% de la production mondiale.

Alors que le 58e Salon international de l’agriculture s’est ouvert ce samedi 26 février, sur le thème « L’agriculture, notre quotidien, votre avenir », deux jours à peine après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, on craint effectivement une hausse du prix des matières premières agricoles. Le monde agricole reste bouleversé par les approvisionnements aléatoires en fonction des conflits.

À cela s’ajoutent des changements écologiques et les terres agricoles malmenées. Il nous faut alors maintenir nos rendements pour être compétitifs, tout en limitant les produits toxiques. L’intelligence artificielle rend la mécanisation plus vertueuse, plus précise, et plus propre. Selon Terre de liens, nous détruisons 55.000 hectares de terres agricoles chaque année, soit un terrain de foot toutes les sept minutes. De plus, le secteur agricole est responsable d’un cinquième des émissions de gaz à effet de serre, dont une majorité issue des bovins.

Seulement, si l’on parle beaucoup des méthodes de production et de la diminution de l’élevage pour verdir le secteur, les véhicules agricoles ont un rôle à jouer. Le secteur de l’agroéquipement, qui représente 100.000 emplois en France, fait des progrès considérables sur les tracteurs qui sont capables de suivre un tracé par GPS. Certains sont même autonomes, et alimentés en énergies renouvelables fabriquées à la ferme.

Les nouvelles technologies entrent dans notre quotidien, mais aussi dans celui des agriculteurs, comme en témoignent l’utilisation de l’intelligence artificielle ou des tracteurs robotisés. Parmi les arrivées surprenantes, force est de mentionner l’usage des drones pour l’observation et la surveillance des cultures, notamment face aux infections.