Monday, June 17th, 2024

Centrer l’innovation dans l’agriculture camerounaise

Pour stimuler l’innovation, il est essentiel – voire vital – d’assurer l’interaction entre les différents acteurs, y compris les producteurs, les chercheurs et les agents de vulgarisation, afin qu’ils puissent mettre en commun leurs idées, opinions et connaissances pour résoudre les problèmes ou relever les défis auxquels ils sont confrontés.

Dans ce contexte, l’initiative Développement de l’Innovation Intelligente à travers la Recherche en Agriculture (DeSIRA) de l’Union européenne a adopté une approche de partenariat d’innovation multi-acteurs. Elle vise à réunir une large gamme de parties prenantes pour échanger des idées et combiner des ressources, afin de mener des activités coordonnées pour faire avancer leurs innovations.

Cependant, la création d’un tel partenariat ne se fait pas spontanément, et encore moins systématiquement ; les services de facilitation sont très utiles pour donner vie à de tels partenariats. « Étant donné qu’il s’agit d’une nouvelle profession, il est très courant que les gens demandent ce qu’est un facilitateur d’innovation », a expliqué Kola Nomande Prosper, formateur à la structure DeSIRA-LIFT (Appliquer l’Initiative DeSIRA pour la transformation des systèmes agroalimentaires), lors d’une formation pour 16 leaders locaux à Garoua, Cameroun. « Un facilitateur d’innovation est un professionnel qui guide et soutient les personnes impliquées dans un projet innovant. Son rôle principal est de créer un environnement propice à l’émergence de nouvelles idées, à la collaboration et à la résolution de problèmes », a-t-il conclu.

Les facilitateurs sont recrutés pour diriger les divers partenariats multi-acteurs qui ont été adoptés et conçus dans le cadre des différents projets DeSIRA. Pour mener à bien leurs tâches, ces facilitateurs ont besoin d’un certain nombre de compétences techniques et relationnelles. Celles-ci incluent des compétences techniques, méthodologiques, partenariales ou en réseautage et des compétences interpersonnelles.

Dans cet esprit, le programme DeSIRA-LIFT a conçu une formation pour permettre aux facilitateurs d’acquérir les compétences nécessaires pour aider les divers partenaires et parties prenantes des partenariats à atteindre leurs objectifs choisis. La première formation de ce type a eu lieu en août 2023 à Cotonou, au Bénin, et la seconde à Madagascar.

Pour la troisième cohorte camerounaise, le programme s’est associé aux projets Renforcement des Systèmes d’Innovation au Nord Cameroun (ReSI-NoC) et Innovation pour l’Adaptation au Changement Climatique (INNOVACC) pour organiser la formation.

Le cours de quatre jours avait trois objectifs spécifiques pour ses apprenants : apprendre à diriger un processus d’innovation multi-acteurs, organiser et faciliter des partenariats d’innovation multi-acteurs, et engager les parties prenantes de manière durable.

Les 16 apprenants, sélectionnés parmi ces projets et d’autres projets connexes (tels que le projet Nord Cameroun Vert et Résilient (CaSeVe) et la Recherche et l’Innovation dirigées par les Agriculteurs (FORI)), provenaient de divers horizons, mais avaient un objectif commun : devenir le facilitateur d’innovation nécessaire pour mettre en œuvre leur projet.

La formation était divisée en trois modules. Le premier portait sur la compréhension du processus agricole et l’importance des partenariats multi-acteurs dans celui-ci. Le deuxième était axé sur la facilitation des partenariats multi-acteurs, grâce à des cadres et des mécanismes collaboratifs tels que les ateliers de co-construction. Le dernier traitait de la manière d’impliquer les parties prenantes dans le processus d’innovation sur le long terme. Les méthodes d’apprentissage utilisées comprenaient des sessions en direct, des travaux pratiques individuels et de groupe, du mentorat individuel et des retours personnalisés des formateurs.

La formation a eu un impact profond sur les participants, dont beaucoup ont exprimé leur satisfaction quant aux compétences qu’ils avaient acquises. Par exemple, Berthe Mewo, une jeune scientifique de ReSI-Noc, a déclaré qu’elle ne connaissait pas plusieurs des concepts clés du projet – tels que le suivi de l’innovation – mais qu’elle les avait compris en profondeur grâce au processus de formation.