Home / A la une / Maroc-Algérie: Comment le port de Marseille profite du désaccord entre les deux pays

Maroc-Algérie: Comment le port de Marseille profite du désaccord entre les deux pays

Les tensions entre le Maroc et l’Algérie profitent à Marseille, c’est ce que révèle le site Géopolis. Les importateurs et exportateurs des deux pays ne pouvant échanger leurs marchandises directement, ils contournent le problème, en passant par la cité phocéenne.

La frontière terrestre entre le Maroc et l’Algérie est fermée depuis 1994 suite à l’attentat de l’hôtel Asni de Marrakech, le 24 août de la même année. Malgré cette fermeture, les échanges commerciaux entre les deux pays se sont poursuivis plus ou moins formellement.

Selon les chiffres de l’Office des changes marocain, le Maroc était, en 2013, le 11ème client de l’Algérie et exportait jusqu’à 250 millions de dollars de marchandises vers son voisin (fils et câbles électriques, produits alimentaires et phosphates)

De son côté, l’Algérie avait exporté vers le Maroc pour 1,07 milliard de dollars dont 95% d’hydrocarburesMais depuis 2016, les tensions diplomatiques entre les deux pays sont montées d’un cran. Il est devenu plus difficile d’échanger légalement ou illégalement car de hautes clôtures ont été installées le long de la frontière.

Toutefois, les échanges commerciaux ne se sont pas totalement stoppés. C’est ce que révèle le site GeopolisBeaucoup de produits transitent par un autre port de la Méditerranée, ce qui a pour avantage de masquer l’origine des produits.

Si 60 kilomètres à peine séparent la ville marocaine d’Oujda à la ville algérienne de Tlemçen, les produits échangés entre les deux villes doivent, eux, faire un voyage de plus de 2 000 km pour atteindre leur destination. Le fait de passer par Marseille se fait sentir sur les prix et revient à un coût plus élevé pour les consommateurs du sud de la Méditerrannée.

Géopolis cite l’économiste Wadia Ait Hamza qui recommande « qu’au lieu d’importer d’Europe nombre de produits ou de se concurrencer, les pays du Maghreb devraient collaborer entre eux, surtout que leurs économies sont assez complémentaires : riches en ressources pétrolière et gazière pour l’Algérie, fort secteurs agricole et industriel pour le Maroc. »

Selon un rapport de la Banque Mondiale, l’intégration économique du Maghreb aurait pu augmenter le PIB par habitant de 34%pour l’Algérie27% pour le Maroc et 24% pour la Tunisie, entre 2005 et 2015.

Sur Hasna SIDMOU

Voir aussi

  Xiaomi commencera à ouvrir une boutique à Paris

  Xiaomi commencera à ouvrir une boutique à Paris ,cette nouvelle officialise l’arrivée du fabricant …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *