Un nombre croissant d’institutions financières expriment leur intérêt pour les crypto-monnaies, telles que le bitcoin et l’ethereum. Mais dans une situation qui change rapidement, elle pourraient devenir « systématiquement importantes » au point de poser un « risque systémique », a expliqué Garrick Hileman, un historien en économie de l’université de Cambridge, à Business Insider.

Pour l’instant, dit Hileman, « il n’y a pas eu assez de personnes ou d’institutions qui détiennent [des crypto-monnaies], ni assez de crédits ou d’avantages utilisés. Ceci dit, je peux imaginer des scénarios — bien que je ne le prédis pas — où elles deviennent effectivement importantes systématiquement », dit-il.

Le bitcoin a vu sa valeur s’envoler cette année, augmentant de plus de 1000% face au dollar. Cela a suscité à la fois un intérêt et une inquiétude croissante des investisseurs et dirigeants financiers. Les régulateurs de l’Union européenne et du Royaume-Uni envisagent de sévir sur le bitcoin alors qu’il y a de plus en plus de craintes que les crypto-monnaies sont utilisées pour faciliter les crimes financiers et le blanchiment d’argent.

S’il devait y avoir un autre krach, dit Hileman, il est possible qu’il y ait une réaction contre les banques traditionnelles encore plus violente que celle qui a suivi 2008 — et à la suite de laquelle le bitcoin a été développé — et les crypto-monnaies pourraient être adoptées à plus grande échelle.

Pourtant, alors qu’un nombre croissant d’institutions financières entrent en jeu, les crypto-monnaies pourraient aussi « déclencher » la prochaine crise. Un indicateur de ce changement, explique Hileman, est que « nous voyions davantage de fonds spéculatifs » et de nouveaux investissements, tandis qu’un marché à terme du bitcoin apparait.

Un sondage publié mardi 19 décembre par le Center for Macroeconomics a constaté que le point de vue prédominant parmi les économistes est que les crypto-monnaies ne posent pas encore un tel risque, parce qu’elles sont « trop petites et trop détachées d’autres marchés financiers. »

Mais l’intégration de marchés financiers plus traditionnels « commence à venir, » dit Hileman, et les choses « sont en train de changer très vite. »

Les crypto-monnaies pourraient non seulement menacer la stabilité, dit Hileman,  mais aussi « exacerber » la prochaine crise.

« Vous pouvez désormais sortir [des systèmes bancaires traditionnels] assez facilement pour entrer dans quelque chose de déconnecté et susceptible d’exacerber une crise », dit-il.

Un problème crucial, dit Hileman, est le manque d’informations fiables sur la valeur de la crypto-monnaie. L’existence des fraudes « pump and dump » [‘pomper et liquider’ ou la diffusion de fausses nouvelles] lorsque les traders font gonfler [‘pump’] artificiellement les prix aux dépens des investisseurs, est problématique et c’est aggravé par le fait que les modèles de valorisation « sont encore en train d’être développés. »

« Il y a la crainte de laisser passer une opportunité — à qui vous pouvez faire confiance est une question difficile », dit-il. C’est un domaine qui nécessite une attention particulière, dit Hileman, ou « beaucoup de personnes vont prendre des coups.

Source: Challenge.ma