Home / A la une / La Saint-Valentin : McDo offre gratuitement un repas sur dix

La Saint-Valentin : McDo offre gratuitement un repas sur dix

Un câlin pour un happy meal : pour la Saint-Valentin, McDo offre gratuitement un repas sur dix en échange d’une démonstration d’affection du client. Une campagne de pub qui, pour Christian Combaz, tutoie le firmament de la niaiserie.

On serait curieux de savoir si les différentes agences américaines qui s’entendent si bien à contrôler le comportement du citoyen dans le monde développé ont prévu sciemment d’induire sa sujétion par les bons sentiments. En tout cas la campagne lancée par McDonald’s à l’occasion de la Saint-Valentin relève exactement de ce qu’on appelle l’immixtion délibérée du commercial dans la sphère privée.

La campagne lancée par McDonald’s à l’occasion de la Saint-Valentin relève exactement de ce qu’on appelle l’immixtion délibérée du commercial dans la sphère privée.

Déjà la fête de la Saint Valentin en elle-même, après Halloween, la fête des mères, des grands-mères, des voisins, etc, ressemble à une espèce d’animation commerciale géante, à une greffe qui ne prend qu’à moitié. Mais la consigne selon laquelle un repas sur dix peut être gratuit chez MacDo à condition que le client embrasse quelqu’un ce jour-là dans la salle, ou téléphone en présence du serveur à quelqu’un pour lui dire je t’aime, cette opération imaginée par une agence mondiale et lancée pour le superbowl outre-atlantique tutoie le firmament de la niaiserie. On est dans le ridicule galactique.

 

Le citoyen européen qui ignore ce qu’est le superbowl et qui n’a aucune envie de l’apprendre, le brave type qui emmène sa fille chez McDo parce que c’est dimanche matin, parce qu’il rentre du tennis et qu’il n’a pas envie d’aller au restaurant, n’a surtout aucune envie de se faire embrasser dans le cou par une inconnue pour satisfaire aux caprices d’une agence de Chicago. Il préfère payer son Big Mac pour qu’on lui fiche la paix. Il faudrait qu’une partie de la population de notre vieux continent défende son droit à l’hostilité résolue devant ces manifestations qui prétendent imposer un unanimisme au nom de l’amour d’autrui. Quand on mesure le degré de cohésion sociale qui règne en France en ce moment, le baiser pour un happy meal a un côté obscène.

 

En savoir plus sur : LeFigaro.fr

Sur La rédaction ECONOMICA

Voir aussi

Apple CEO Tim Cook is worrying about Trump’s decision

Apple CEO Tim Cook is in the trade dispute between the United States and China to moderate …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *